Investigation dans le monde de la mode
2015
11 févr.

Investigation dans le monde de la mode

Être indépendante, ok! Mais qu’en est -il de notre garde robe ?

Alors que nous lançons notre nouveau concept, il nous est apparu intéressant de réfléchir à cette question : est-il possible aujourd’hui d’avoir une garde robe responsable ? Ou autrement dit, comment s’habiller et continuer d’aimer la mode tout en étant à la fois respectueux des Hommes et de la Terre ? De nombreux articles voient le jour autour de la question de l’alimentation, doit-on manger moins de viande ? Acheter bio ? Supprimer le gluten ou le lactose ? Alors que dans ce domaine les informations foisonnent, nous ne pouvons en dire autant sur la question de l’habillement ! Pourtant, nous nous posons tout autant de questions. D’où viennent nos vêtements ? Où, par qui et comment sont-ils fabriqués ? Notre manière de nous habiller a t-elle un impact sur la planète ? Que deviennent les vêtements une fois que nous ne les portons plus ? Cet article a pour objectif de nous aider à y voir un peu plus clair. Loin de nous l’envie de donner aux lecteurs des codes de bonne conduite, mais plus l’envie de proposer matière à réflexion, avec l’idée bien sûr que c’est à chacun de s’approprier les valeurs qui lui font sens. Responsable, pour nous qu’est-ce que ça veut dire ? C’est peut-être plusieurs choses à la fois, être respectueux des Hommes et de la Terre, avoir une conscience éthique et écologique mais surtout peut-être anticiper et réfléchir l’impact de nos actions. Pour étayer cette idée, prenons l’exemple d’un jean standard, vêtement présent dans quasi toutes les gardes robes.

Un jean c’est : 600 grammes de coton + quelques rivets et boutons en métal.    Pour produire ces 600 grammes de coton il faut 3150 litres d’eau.

Puis il faut teindre le jean, ce qui nécessite encore une grande quantité d’eau et de nombreuses substances chimiques, sans oublier les eaux usées rejetées sans épuration qui polluent durablement les océans.  En outre, selon les modes, le jean est volontairement décoloré ou usé! Cette opération est pratiquée au moyen de produits chimiques peu dégradables et très agressifs pour les personnes qui les manipulent.  

Par ailleurs, avant d’arriver dans notre garde robe, un jean a pu parcourir 65 000 km, soit une fois et demi le tour de la terre!

Le coton cultivé en Ouzbékistan peut être filé en Turquie, puis teint en Bulgarie. La toile peut ensuite être tissée à Taïwan, et le jean assemblé en Tunisie, avant d’être livré en France. Le jean voyagerait donc plus que l’individu  ? C’est fou ! Non ?  A ce circuit du coton, il faut ajouter celui des engrais, des pesticides, des colorants, des machines à filer, à tisser et coudre, des métaux pour les rivets, qui, eux aussi, voyagent à travers le monde. Tout cela a donc un véritable impact pour la planète car les transports se font en bateau, en train puis en camion. Ils consomment du pétrole et dégagent des gaz à effet de serre.  Par ailleurs, le jean est la plupart du temps fabriqué en Asie par des ouvriers textiles (parfois même des enfants), qui travaillent dans des conditions épouvantables en terme de santé, de sécurité et de rémunération. 

Un jean vendu à 99 euros en occident rapportera à l’ouvrier qui l'a conçu seulement 0,99 centimes d'euros.

Chaque année plus d’1,8 milliards de jeans sont vendus dans le monde, soit 60 jeans par seconde.  Avoir une garde robe responsable c’est donc peut-être prendre vraiment conscience de la valeur des choses. La valeur de ce que “coûte” vraiment le vêtement que l’on achète. La notion de valeur fait écho pour nous au respect, à la rareté et à la durabilité. Pourtant aujourd’hui, nos vêtements semblent n’avoir plus aucune valeur, comme si nous faisions abstraction de toute une partie de leur histoire avant qu’ils arrivent dans nos armoires. 

Chaque année en France, 700 000 tonnes de vêtements sont mis sur le marché, soit environ  22 kilos par seconde. 

Ces chiffres sont si énormes qu’ils nous en font tourner la tête! Surtout quand on apprend que 85 % des vêtements achetés finissent à la poubelle et que chaque français jetterait environ 12 kilos de vêtements par an.  Avec ces exemples nous nous rendons compte des aberrations de nos pratiques de production et de consommation. Nous achetons donc pour jeter ? Notre système de production semble nous ancrer dans une société de l’éphémère, du tout jetable et du tout remplaçable sans considération des impacts que cela génère.   Alors que pour nous, acheter des vêtements signifiait jusque là : s’amuser, se faire belle, changer de style, être indépendante, partager, rire, développer sa créativité, échanger, jouer!  Comment faire ? Comment s’y retrouver ? Et comment continuer à prendre du plaisir en s’habillant ? Face à cette prise de conscience douloureuse, nous ne pouvons nous empêcher de re-penser notre manière de consommer!  En effet, nous sommes sûres aujourd’hui que nous pouvons, nous aussi participer au changement. En rédigeant cet article, nous nous faisons une promesse : celui de réfléchir chacun de nos futurs achats, comme si en décidant de nous habiller responsable nous participions véritablement à une nouvelle économie chargée de sens et d’espoir.  Si vous voulez savoir comment nous essayons de nous construire un dressing responsable, suivez pas à pas notre cheminement écologique, humain et durable, on vous dit tout!

 

A lire AUSSI ...

 
Vers une garde robe idéale et responsable
11
11 févr.
Lire

Vers une garde robe idéale et responsable

(sans se mettre la pression!) 

Le Made in France, Qu'est ce que ça veut dire ?
11
11 févr.
Lire

Le Made in France, Qu'est ce que ça veut dire ?

On décrypte pour vous la tendance MIF...